Sujet : Dégustation : l'Orval

http://www.orval.be/images/produits/brasserie/histoire/verre-rempli.gifL'orval est l'une des 7 bières Trappiste au monde. Rappelons que seules les bières brassées au sein d'une Abbaye de tradition cistercienne ont le droit de porter cette appellation rigoureusement contrôlée.

La brasserie a été ouverte en 1931, pour aider au financement de la construction du nouveau monastère.

Le nom Orval trouve son origine en 1076, où la suzeraine du lieu était la comtesse Mathilde de Toscane? Assise au bord de la source jaillissante et limpide, elle y laissa tomber par mégarde son anneau nuptial, souvenir de son défun mari, Godefroid-le-Bossu. Désespérée d'avoir perdu ce bijou, la comtesse pria la vierge Marie avec une immense ferveur. Bientôt une truite emergea à la surface de l'eau et lui rendi son bien. Emerveillée par ce prodige, la sureraine s'écria alors :

- "Voici l'anneau d'or que je cherchais : Heureuse vallée qui me l'a rendu ! Désormais et pour toujours, je voudrais qu'on l'appelle Val D'or (Aurea vallis)".

L'emblème d'Orval (truite et anneau d'or) a conservé le gracieux souvenir de cette légende. L'eau de la source, quand à elle, alimente toujours l'abbaye et sa brasserie.

Pour brasser l'Orval, 4-5 variétés de malts d'orges et 2 à 3 de houblons sont nécessaires. La fermentation principale dure 6 jours, et 2 semaines pour la garde, où se pratique d'ailleur la méthode anglaise de houblonnage à cru. La bière est ensuite refermentée en bouteille durant 6 semaines.

La brasserie produit environ  38.000 hectolitres par an.

L'Orval est distribuée uniquement dans sa bouteille de 33cl en forme de quille.
[---]
L'Orval est est donc une bière Trappiste de fermentation Haute, de 6.2°. En réalité, une Orval jeune titre à 5,2°, et après un an de cave, elle titre à 7,2°. C'est une bière dont l'amertume est fort prononcée, sa robe est d'une couleur ambrée tirant sur l'orange. C'est une bière dite "sèche" au palet. Sa mousse est abondante et crémeuse.

Petite astuce, pour connaitre l'age de votre Orval, il suffit de retirer 5 ans à la date de la mention "A consommer de préférence avant..". Une Orval Jeune sera plus fraiche, et gagnera en rondeur avec l'age. Elle se consomme à température de cave.

http://www.orval.be/images/produits/brasserie/fabrication/brasserie.labo.gif

A vos dégustations, en essayant de respecter les indications en post-it dans le forum.
[---]
Pour discuter de l'orval et des fiches de dégustation, merci d'utiliser ce Sujet

Partager

Re : Dégustation : l'Orval

ORVAL
Date d'embouteillage : 30.10.2006
Température de dégustation : 10°c


1 / L'apparence :
- Mousse : Fine, compact, d'un blanc cassé, persistante, épaisse, formant un chapeau et accrochant au verre
- Couleur : Ambrée orangée, très légèrement trouble
- Bulles : Petites et régulières, effervescence moyenne.

2 / L'odeur :
Le houblon est rapidement très présent au nez, il prédomine avec des notes de résine verte.
Je perçois également des notes fruitées d'agrumes.


3 / Le goût :
L'amertume est franche et envahissante.
Le houblon prédomine avec des notes vertes et fraîches.
J'ai une impression de pamplemousse en bouche.
L'alcool est imperceptible.

4 / L'effet en bouche :
Le liquide est à la fois moelleux et sec : moelleux en attaque, plus sec en fin de bouche.
La persistance en bouche est longue avec une amertume agréable toujours présente.
La langue semble comme anesthésiée par le houblon.

5 / Facilité à boire :
C'est une bière complexe qui révèle une multitude d'arômes, progressivement, donc qui donne envie de la découvrir.
Elle surprend par sa puissance.
Elle déstabilise par ce mélange moelleux/sec...et en même temps, elle possède de réelles qualités de fraîcheur désaltérante.

Pas de style, pas de famille : des méthodes.

Partager

Re : Dégustation : l'Orval

Mise en bouteille : 29/11/05
Température: 11°C
1) apparence:
mousse: compacte comme des blancs en neige et de la même couleur que PS
couleur: orange un peu trouble
bulles: peu effervescente
2) odeur:
j'ai du mal, je sens comme une épice comme l'odeur de cannelle
3) le goût:
comme le dit PS elle est très amère idem quand tu bois du "schweppes" nature
pour la première fois.
4) l'effet en bouche:
faible viscosité
reste en bouche assez longtemps.
5) facilité à boire:
vu sa légère effervescence elle passe facilement seul l'effet amertume peut, aux premières gorgées, donner des frissons.

bon si j'ai bien compris j'ai 1 degré d'alcool en plus dans la bouteille par rapport à PS.

j'avoue que je n'adhère pas à cette bière pour l'instant trop amère pour moi, j'espère changer...

dans Ma maison!!!
Léo 2 dents

Partager

4

Re : Dégustation : l'Orval

à mon tour !

ORVAL
Date d'embouteillage : 27.09.06
Température de dégustation : 15°C (je bois toujours les bières quasiment à temp. ambiante)


1 / L'apparence :
- Mousse : texture de blanc d'oeuf battu mais fine, plutôt solide, moyennement épaisse
- Couleur : Ambrée orangée
- Bulles : fines bulles

2 / L'odeur :
houblon

3 / Le goût :
délicatement amère car tempérée par l'acidité du houblon (comme un pamplemousse en effet !)
j'ai l'impression que la mousse donne le goût rond du houblon et un côté moeulleux ; alors que le liquide donne un petit côté sec et légèrement amer.

L'alcool est peu présent

4 / L'effet en bouche :
Persistance du houlon et de la fine amertume de la mise en bouche à l'arrière-goût.

5 / Facilité à boire :
Bière ne ressemblant pas à une autre grâce à son rare équilibre entre goût amer et houbloné. Dificile à rapprocher d'une autre bière. Bref, mélange les caractéristiques d'une brune trappiste et d'une blonde triple.

Je trouve sa puissance très bien contrôlée, notamment par un degré d'alcool raisonnable (6,2).

Assez facile à boire si on se laisse bercer par ce petit côté sec-amer, originale et réussie. Un bel équilibre.

Partager

Re : Dégustation : l'Orval

mélange les caractéristiques d'une brune trappiste et d'une blonde triple.

Je voudrais faire un petit rappel, la Trappiste pour moi n'est pas vraiment un type de bière bien précis, c'est plus tôt les conditions de brassage qui lui donnent la dénomination de Trappiste, un label en quelque sorte.

C'est justement pour cela que la plus part des personnes trouvent L'Orval totalement différents des autres Trappiste car les autres Trappiste sont plus dans le styles bière d'Abbayes.

Imaginez un instant que les conditions ne satisfont plus pour avoir le label Trappiste, Alors l'Orval serait classée dans les bières dites Spéciales.

Pour l'exemple la Trappe qui avait perdu son status de Trappiste, la retrouvé il y a peu, avant ça la Trappe était classée dans les types de Bières d'Abbayes.

En résumé pour moi toutes les Trappiste sont avant tout un types de Bières D'abbayes, sauf l'orval qui pour moi est une bière spécial qui se raproche d'une Urtell

Partager

Re : Dégustation : l'Orval

C'est là toute la complexité brassicole.
Orval est brassée dans une abbaye par des moines : ce serait donc une bière d'abbaye au sens stricte du terme.
Par contre, si l'on considère le style "abbaye" (selon les classifications de Mario D'Eer ou Mickael Jackson, par exemple) comme étant une bière de fermentation haute, épicée et moyennement houblonnée, elle n'appartient pas à cette catégorie...
Je reviens aussi sur le terme "blonde triple" : si l'on considère le style Triple (façon belge), toutes les Triples sont blondes (Comme les Doubles sont brunes), en références à la 1ère triple qu'était la Westmalle...et depuis largement imitée.
Or, il a existé dans le Nord, en Belgique aussi certainement, des Triples brune...
Avec la signification monastique de "triple" qui signifiait au départ "triple quantité de matières premières".
Ainsi il y avait la bière simple, la bière double et la bière triple, avec des % alcooliques croissants.

Pas de style, pas de famille : des méthodes.

Partager

Re : Dégustation : l'Orval

Date d'embouteillage : 14/11/2006
Date max de consommation : 14/11/2011
Température de service : 12° (cave)

1-> Apparence
Mousse: fine, épaisse, de couleur un peu brunâtre, persistante.
Couleur: Ambrée,avec un très léger voile.
Bulles: petites bulles, peu nombreuses.

2-> Odeurs
Le houblon prédomine.

3-> Goût
Une très forte amertume attaque ma bouche due aux houblons

4-> l'effet en bouche
L'amertume reste très longtemps en fin de bouche.

5-> Facilité à boire
Sorry mais je n'ai jamais su boire une bouteille entière d'Orval, impossible trop séche pour moi. Sur ce coup ci je ne suis pas une bonne référence.

Partager

8

Re : Dégustation : l'Orval

Date d'embouteillage : décembre 2006
Température de service : 6° (trop fraiche) - Il est conseillé de boire l'Orval entre 12 et 14°

1 / Apparence :
- Mousse : faible, mais crémeuse et onctueuse, persistante (bière certainement trop fraiche).
- Couleur : Ambrée tirant sur l'orange, bière trouble dû à la refermentation en bouteille.
- Bulles : fines, mais peu présentes.

2 / Odeur :
La bière est sèche à l'odeur, on retrouve une odeur d'épice, de terre.

3 / Goût :
A la mise en bouche, la bière parait douce, mais très rapidement l'amerture apparait, et laisse un goût persistant sur la langue et le palet. La bière est sèche. Une bière complexe, qui ne laisse pas transparaitre toutes ses subtilités à la première dégustation. Je ressent un goût de coriandre.

4 / Effet en bouche :
A la mise en bouche, la bière est douce, mais très rapidement le côté sec et terreux fait son apparition. Cet effet est long en bouche, tout comme l'amertume qui reste présente longtemps.

5 / Facilité à boire :
Le côté terreux et sec de la bière pourra surprendre, et l'amertume pourra en rebuter ceux qui préfèrent les bières douces. Une bière qui demande certainement un apprentissage avant de l'apprécier à sa juste valeur. Une bière sans concession, on l'adore ou on la déteste.

Partager

9 (modifié par guernoulle 22-02-2007 14:26:40)

Re : Dégustation : l'Orval

Soirée cuisine dégustation hier

Date d'embouteillage : juin 2006
Température de service : x° (trop fraiche). Pas de thermomètre chez moi, ma femme a cru bien faire en me mettant des canettes au frigo, dont les 2 Orval qui me restaient. Heureusement elles étaient droites. Je l'ai sortie du frigo à 6° ou  7° (dans la porte, en bas) 1,5 heure avant dégustation. J'ai pris mon temps pour déguster (3/4 d'heure). J'estime la température entre 9° au début et 11° à la fin.

Je n'ai pas encore lu le nouvel article de Belgitude sur la dégustation.
Pas de verre à Orval, j'ai utilisé un verre à Moinette (c'est aussi un calice)

1 / Apparence :
- Mousse : abondante, effectivement crémeuse et onctueuse (pas de grosses bulles de mousse), attachant les parois du verre, mais peu persistante.
- Couleur : comme tout le monde, ambrée orangoïde, légèrement trouble (moins qu'une blanche, canette conservée droite et versée aux 3/4, sans la lie).
- Bulles : bière peu [s]effervescente[/s] pétillante, la petite taille des bulles est en adéquation avec la structure de la mousse.

2 / Odeur :
Forte odeur d'agrume, mais indiscutablement du citron, pas du pamplemousse (je suis allé dans le frigo pour vérifier). Juste derrière vient une odeur qui ressemble à la levure à pain. De façon surprenante je ne sens pas le houblon (peut être mon nez qui ne va plus, comme mes yeux). Je verse alors le 1/4 restant, sans la lie, dans un verre tulipe (un verre à CHTI). Et l'odeur de houblon apparait immédiatement, mais reste derrière les deux autres.
Je ne pense pas avoir remué la lie, donc la levure, mais l'odeur est là pour prouver le contraire...

3 / Goût :
A la mise en bouche, le goût de citron prend immédiatement le palais. Très rafraichissant, mais assez décevant au premier abord en termes de subtilité. Très étonnant aussi parce que je n'ai jamais eu une telle sensation en buvant une Orval, et c'est tellement intense qu'on ne peut pas ne pas s'en rappeler. Mais c'est très fugace, on retrouve tout de suite une structure de bière très élaborée, avec le houblon enfin présent, mais derrière c'est trop complexe pour moi (pour la description)

4 / Effet en bouche :
Sur la transition des goûts en bouche, voir point 3. Je commence par une impression de bière de soif, qui se boit toute seule, pour basculer à la deuxième gorgée (le palais qui prend le relais du nez?, ou le palais qui prend le relais de la langue, ce qui expliquerai la sensation d'anesthésie décrite par P.S.) sur une bière de dégustation, qui appelle le dégustateur à prendre son temps et à apprécier. Ce n'est pas une sensation de bière forte en alcool, mais elle est forte en goût.
Sur le côté sec de cette bière, je ne comprend pas le concept. Avez vous des exemples de bière très sèche et de bière...euh... mouillée? pour m'aider à comprendre.

5 / Facilité à boire :
Je vais trop vite ! Déjà répondu ! J'imagine pouvoir en boire deux, pas plus (ou alors c'est gâcher) car la complexité saturera vite les papilles.
Ce n'est pas une bière qu'on boit à la légère, malgré sa couleur de bière de soif. Elle donne beaucoup de plaisir à la dégustation, et ma dominante "citron" d'hier m'indique qu'il n'y a pas que le degré d'alcool qui évolue avec la refermentation en bouteille (c'est marrant c'est le côté varié que j'aime bien chez l'Atrébate).
Il faudrait presque se faire une dégustation "au crachoir", à plusieurs sur une sélection 3/6/12/24/36 mois.

sur vos posts précédents :
- pas besoin de faire des math, les 2 dates (embouteillage et DLC) sont sur l'étiquette (avec même une palme pour les 75 ans de la bère en 2006)
- l'amertume reste effectivement présente. Je ne la trouve pas désagréable "à l'attaque" mais il est agréable qu'elle s'estompe derrière.
- faible viscosité OK, ce qui participe à l'attaque franche
- climax a une dominante de houblon pour une bière qui n'a que 15 jours d'écart avec la mienne, mais bue à 15° contre 9°/11° pour moi.
- mousse "ronde moelleuse" et "liquide sec". J'aurai dû lire plus attentivement. Si on parle d'opposition moelleux/sec comme pour les vins, alors oui entièrement d'accord c'est une bière sèche au même titre qu'un vin blanc peut être sec. Et d'accord aussi sur la mousse qui doit être chargée en levure et sucre pour êrte aussi moelleuse.
- pas senti la terre : cette sensation est pour moi celle que l'on peut éprouver sur un bordeaux haut de gamme, ça me rappelle quelque chose sur une bière mais je ne me souviens plus laquelle. Peut être la moinette justement.
- Je n'ai pas senti la coriandre (c'est mon herbe préférée en cuisine, donc immanquable pour moi)
- J'adoooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooooore !!!

Elle est dans mon top 5, elle multiplie et varie les goûts sans trop forcer, sans être trop "lourde" (sensation que me donne la Rochefort 10).
Merci à vous de m'avoir invité à cette expérience.

il fait beau

Partager

10 (modifié par xav'le moine 31-05-2007 10:00:32)

Re : Dégustation : l'Orval

bonsoir,

je ne saurais autant faire de prose que contremaitre guernoulle..
j'avais oublié la date d'embouteillage (triple buse) , acte manqué du à l'excitation
26/02/07
mais voici mon humble avis :

1) apparence

étrange !!!
couleur orange cuivrée
légérement trouble
mousse : fine couche mais "qui tient"
légèrement crémeuse d'aspect
T°= 12°C (avec un thermomètre à vin !!! )

perlage :  petites bulles mais constantes

2) odeur
"çà fait 2 mn que çà sent le fer ...????"
l'agrume orange ?
(ma main a essuyé de cette bière et au bout de 1 mn çà sent .. le fer .. pardon ...?)
çà sent l'acidité aussi



3) le goût (çà promet...)

ameerrtuumme !!! direct
bière sèche, g enfin compris ce terme
présence de houblon en réronasal
avec des secondes elle se laisse apprivoiser
c pas désagréable elle chauffe la bouche malgrés son taux d'alcool faible ...
(normal ) pour une bière belge
avec la mousse c presque "crémeux" c un normand qui vous le dit !
astringence ...
un bon équilibre mais çà rend les dents "rèches"  car je sent de l'acidité


4) effet

trés longue ... amertume... of course :!
et le coté "terreux" décrit par d'autres et pour moi "ferreux" !!!!


5) conclusion

malgrés c critiques :

ben... je trouve cette bière BONNE
c léger fruité, acidulé, astringent , avec de la profondeur (surtout au niveau de l'amertume) j'avais jamais bu une bière avec une amertume qui dure autant et qui se dévoile avec le temps

assurément une bière d'expert ( je n'en suis pas un) ...
cependant g bu pas mal d'orval ... et je n'arrive tjrs pas  à en trouver les secrets
mais quelle complexité !!!!!!!:Joker_PDT_48:

Les goûts évoluent, maintenant j'arrive même à boire de la guinness et j'en tire du plaisir ... comme on dit y'a que les C.. qui changent pas d'avis.

Partager

Re : Dégustation : l'Orval

Bon bah c'est fait j'ai enfin gouter une Orval a temperature 12° comme conseillé.

Alors tout d'abord mon appreciation generale en positive , je l'ai trouvé gouteuse.J'avais un pêu peur car tou le monde disai que c'etait amer sec  en bouche , et bah moi j'ai pas ressenti ces sensation, j'ai trouvé qu'elle m'enveloppé bien mon palais et que la sensation d'amertume n'est pas trop presente a mon gout.


alors maintenant parlon technique enfin essayons :

Mousse : abondante , epaisse , moelleuse mais tombe assez vite je trouve.

Couleur : tres trouble je la classe dans une couleur ambrée avec une note orangé

Arome/Gout : je n'ai pas noté une amertume prononcé , c'etait agreablme en bouche , ca ma pas agressé. J'ai noté en arriere gout un arome orangé ( est-ce vrai)


Donc pour conclure ,je l'a trouve agreable , bonne , a re-deguster volontier

p.s : je vais me laisser tenter par l'offre ecrite sur la bouteille qui est a l'envoi d'un cheque 10e a la brasserie , je recevrai 2 verre Orval , a mediter tous ca .
lol


        Prochaine biere a deguster : Chimay Bleu.

                                                                            Bonne fin de soirée les Amis !

La Guinness , c'est ma Faiblesse.

Partager

12 (modifié par TrappistesInFlames 10-10-2007 13:14:30)

Re : Dégustation : l'Orval

Ma première contribution et j'attaque directement avec une bière difficile alors soyez indulgent :-)

Date d'embouteillage : 06 Juin 2007
Température de service : 10°
Consommation sur 30mins dans un verre type «  calice »


Apparence :

Mousse : Crémeuse est persistante sur le dessus, fine et moyennement persistante en profondeur. Bière qui fait énormément de mousse, à verser avec précaution.
Couleur : Ambré clair.
Bulles : Fines

Odeur :

Moyennement présente dû au verre "calice".
Je sens une odeur de céréales, de paille, très végétale et fraiche, [s]peut être un peu de musc[/s], une très légère odeur de levure et presque imperceptible à l'arrière le houblon.
En la roulant dans le verre l'odeur de houblon se fait plus présente.

Le gout :
En attaque je dirais citron mais avec l'arrivé de l'amertume il est vrai que ca fait pensé à du pamplemousse puis l'amertume nettoie le tout !
Apres la déferlante amer de nouveau apparait une saveur de houblon et de céréale, l’odeur revient mais plus chaleureuse plus « sucré ».
Leger gout d'alcool discret.

Effet en bouche :

Attaque douce mais une bonne et persistante amertume en fin de bouche.
Astringente.

Facilité à boire :

A priori difficile à boire pour ceux que l'amertume rebute.
Mais je pense qu'elle peut être assez rafraichissante. Un peu comme l'effet schweppes comme j'ai pu lire plus haut.

Perso j'aime bien cette petite trappiste avec son coté "à part" ! Ces saveurs sont assez réservées et son amertume est un bon chien de garde !
Malgré son amertume je pense qu'il vaut mieux la déguster avec un fromage à pate dur léger (un cantal jeune) ou un pain de seigle beurré légèrement salé.

Apres verification, il passe tres bien avec un jeune cantal et fait ressortir le gout fruité du fromage.

Partager

13 (modifié par Le Petit Bourré 06-12-2007 20:00:31)

Re : Dégustation : l'Orval

Aspect : Belle couleur ambre orangé. Trouble, un dépot assez important dès que la bouteille a quelques mois. Mousse claire, blanche. Très présente, consistante et stable : beau dépot de dentelle à chaque gorgée. Pas de bulle.

Odeur : une odeur finement âcre de levure et des notes de zestes d'agrumes qui s'expriment d'autant mieux que la bière est chaude.

Goût : Une entrée douce : un goût d'abord assez simple, un peu comme une bitter anglaise assez douce. Puis une amertume tannique bien balancée, accompagnée de notes de houblons. On peut aussi sentir des notes fruitées à nouveau (pamplemousse ?). La sècheresse, assez extraordinaire pour une bière, prolonge longtemps, très longtemps, la sensation en bouche de cette bière. Cette très grande sécheresse en rebute plus d'un, surtout associée à une amertume non négligeable. Plus fraîche, on distingue mieux une légère acidité qui la rend plus tonique, presque plus facile, et peut rappeler des goûts caractéristiques des vieux lambics. Le corps est léger et sec, on l'a déjà dit. Cela la rend très désaltérante : pas rafraîchissante : désaltérante, c'est pas pareil ! Sa longueur en bouche et sa sécheresse en font tout de même un bière qui se boit tranquillement, très apaisante au fil des gorgées lorsqu'on a réussi à "dompter" ses saveurs extraordinaires.

Notons que cette bière est très évolutive en vieillissant ; son goût varie si vous versez ou non le dépot (mieux vaut garder la fin de la bouteille et la boire à part... ou la verser dans les dernières centilitres du verre) ; sa température de service change le goût et le brasseur se vante que l'Orval est comme un vin : moyennement constant, ainsi les gens peuvent en discuter, les comparer ; cette bière est donc une véritable découverte à chaque dégustation.

Bière de grande classe, très spéciale, difficiles aux palais inhabitués mais on y devient très vite accro.
   
Accompagnement : si vous cherchez les recettes à bases d'Orval sur le web, vous verrez que cette bière s'accorde avec tout et n'importe quoi : poisson, dessert aux fruits, viande... Alors bon, c'est pas très classe, mais j'ose l'affirmer : elle déchire avec une pizza !
[...]
ont été dégustées : une bouteille du 19/07/07 à10°C , une du 27/03/07 à 16°C et une du 27/03/07 à 12°C


voilà qui est fait, maintenant je vais me boire une petite girardin black...

Partager

14 (modifié par Guybure 19-09-2008 22:04:04)

Re : Dégustation : l'Orval

Voilà, je l'ai bue donc. Date de mise en bouteille: 18/05/2004. DLC: 18.05.2009
Juste avant le repas de ce soir. A petites gorgées et lentement.
En l'ouvrant, j'ai trouvé qu'elle avait une forte odeur de noisette. Une mousse très crémeuse avec un goût acre très atténué par rapport à un Orval de 6 mois qui s'est vite estompée, le temps de prendre la photo. J'ai retrouvé ce petit gôut de noisette dès la 1ere gorgée, très discrèt par contre. Une magnifique couleur orangée, un dépôt assez minime qui est resté "collé" au fond de la bouteille à 50% au moins en la versant dans son verre.
Perso, j'ai beaucoup apprécié.
Je fais définitivement partie de ceux qui la préfère vieillie. Avec minimum 2 ans en bouteille.

http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/DSCF1580-Small-.JPG

In Biber Veritas...

Partager

15

Re : Dégustation : l'Orval

Je crois que je suis obligé de poster içi, même si j'ai très peu de choses à ajouter après ce que j'ai lu.
Je confirme à 100% sur ce que dit "Le petit bourré", que c'est une bière où on devient vite accro. Je lui suis depuis mon premier verre ; une révélation. Et c'est vrai aussi que son goût n'est pas constant. (ce qui fait parti de son charme, peut être?)
Je n'ai jamais eu l'occasion de la boire "vieillie" !! (c'est en projet).
J'ai juste un truc à ajouter, cette bière a, en fumet, une légère odeur d'herbe hollandaise enivrante  (pour les connaisseurs) ^^

Pour les accompagnements, surtout pour les bourguignons, je la recommande avec ce légendaire fromage qu'est l'époisse !!

Partager

16

Re : Dégustation : l'Orval

Dégustation d'un viel Orval

Date d'embouteillage
http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/orval-01.JPG

Un Orval embouteillé en juin 2006, offert par monsieur Guernoulle.
Température de service : 10-12° environ

Mise en bouche

http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/orval-04.JPG

Mousse
http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/orval-03.JPG
Blanche, abondante et très persistante, crémeuse.

Pour la persistance
http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/orval-06.JPG

Couleur
Ambrée / Orangée. Légèrement trouble
http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/orval-05.JPG

Nez
Léger cidré, boisé et citronné

En bouche
Attaque cidrée / boisée. La bière a conservé sa complexité, on y retrouve un léger citronnée et le côté terreux. L'amertume reste en fin de bouche avec un côté tannique, une fin de bouche qui présente d'ailleur une bonne longueur en bouche.

http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/orval-07.JPG

A la fin on remarque que la mousse est toujours présente. Elle aura tenu tout le temps de la dégustation. J'adore l'Orval jeune, je connaissais l'Orval de 6 mois, et celle de 4 ans ne m'a pas déçu du tout, on retrouve un peu le même caractère que la 6 mois peut-être plus prononcé.

Partager

17

Re : Dégustation : l'Orval

Première dégustation avec vous, spécialistes vous m'aiderez sûrement à me corriger pour être dans les clous de la bienséance zytophile default/wink

ORVAL
Date d'embouteillage : 03.05.2015
Température de dégustation : servie vers 10°c

Détonation unique au décapsulage : un coup de carabine à air comprimé.

1 / L'apparence :
- Mousse : Fine, "solide", se creusant et laissant un relief montagnard inspirant, d'un blanc cassé assez terne, bien persistante, collant amoureusement au verre.
- Couleur : Ambrée orangée presque rougeâtre, assez trouble
- Bulles : Petites, quelques.Effervescence petite à moyenne quand on prend le soin de bien l'aérer au service, verre TEKU 33cL.

2 / L'odeur :
Houblon vous dîtes ? je perçois d'abord les levures sauvageonnes, cube de levure boulangère bien marquée, définie à la perfection.Notes de pomme, cidre, calvados par le côté vraiment sec et franc de la pomme "transformée", cidre extra brut aussi peut-être, cidre artisanale paysan qui titre 6-7 °
Quelque chose de pamplemousse, agrume sec et amère.
Notes épicées, parfum d'ambre, qui arrondissent le nez plutôt de prime abord sec et fruité.

3 / Le goût :
Fluide, franche, bien sec et amer mais pas tant astringent, donc délice.
Le houblon prédomine avec des notes vertes et fraîches.
Une certaine fraicheur herbeuse mais bien emmitouflée dans ses notes épicées et levurées rondes bien que tranchantes et marquées.Vous connaissez le cube de levure boulanger ? c'est exactement ça, et on retrouve la même chose cher la XX de de Struise.
4 / L'effet en bouche :
Arômes assez secs mais corps sachant tempérer leurs ardeurs et ce de façon vraiment délicate et subtile : équilibre de l'ensemble, équilibre discret qui cache son jeu.Le chemin c'est sec, moelleux, sec.Mais pas astringent donc jamais trop sec.
Grosse persistance, la grogée avalée continue à stimuler pailles et capteurs de flaveurs nasales.

5 / Facilité à boire :
Grosse tuerie, pardon l'expression est simple mais c'est vrai.elle est unique, un peu moins depuis la XX de de struise (qui est largement moins bien maîtrisée mais intéressante).

Le côté pomme allié à ses levures belliqueuses "boulangères" c'est inédit et le tout enrobé d'un corps qui dit pas son nom mais fais le job quand son bras droit "taux d'alcool" vous appuie sur la nuque et vous tapote le front vers la fin du verre.

Voilà presque fin de dégust' je vais entamer mon hareng pomme & pommes à l'huile maison en sirotant le dernier 10 ème du verre.

Salut, ravi et n'hésiter pas à me corriger si quelque chose ne vous va pas.

Partager

18

Re : Dégustation : l'Orval

très bon débrif'
effectivement cette bière est "unique"
j'en ai deux de dates différentes que je laisse vieillir

Brassicalement vôtre

Partager

19

Re : Dégustation : l'Orval

Dommage que je n'aime pas le goût du pamplemousse, ça m'aurait tenté sinon

pompe à chaleur géothermique [url]http://www.froid-med.com/geothermie/[/url] chauffage géothermique

Partager

20

Re : Dégustation : l'Orval

petit compte rendu d'une dégustation de comparaison: une orval avril 2013 conservée en cave et une orval août 2016

on commence par la jeune, n'en déplaise à nadine de rotschild.

un nez levuré, fruité, on sent aussi le houblon. en bouche un mélange houblon/malt fait son boulot et on termine par un final sec avec une pointe d'orange.

celle de 2013 diffère quelque peu: la mousse est moins présente. la pomme fait son apparition au nez ainsi qu'une légére effluve de bretts. le fruité s'est tassé et le ressenti est plus sucré (logique) et plus houblonné style coriandre (ça c'est moins logique, je pensais que l'amertume s'affaiblissait avec le vieillissement). je trouve qu'elle se rapproche d'une duvel.

ça fait très longtemps que je n'avais pas gouté une orval et c'est un retour aux fondamentaux dans cette période "hype"  d'IPA. Finalement j'arrive pas à choisir entre la vieillie et la jeune. je les aime toutes les deux.
A noter qu'elles se boivent avec une facilité déconcertante.

petite question: un vieillissement de plus de 5 ans est-il "utile" à cette biére? y a-t-il un intérêt?

Partager

21

Re : Dégustation : l'Orval

Celle d'août 2016 n'est pas si jeune que ça, elle a un peu plus d'un an.

Personnellement j'aime bien déguster l'Orval âgé de 6 mois à 1 an. Après je ne suis pas sur qu'un vieillissement de plus de 5 ans apporte grand chose. Mais le meilleur moyen de se faire une idée c'est de tester.

Sinon tu aura peut-être un début de réponse à ta question en parcourant ce sujet: J'ai gouté de l'Orval...

"Si l’on sait exactement ce qu’on va faire, à quoi bon le faire ?"
Pablo Picasso

22

Re : Dégustation : l'Orval

Pour ce qui est de l'intérêt de faire vieillir un Orval, je ne peux personnellement pas vraiment juger, je n'ai jamais tenté l'expérience et déguste toujours mes Orval "jeunes", mais lors de mon récent voyage dans le nord, dans le bar dans lequel je suis allé à Lille, le barman m'a dit que lui avait fait cette expérience (il avait goûté un Orval vieux de sept ans) et que cela en valait vraiment la peine..

Encore une fois ce n'est pas moi qui parle, mais bon, apparemment ça à l'air de valoir le coup. Il faudra que je tente l'expérience un de ces jours.

Partager

23

Re : Dégustation : l'Orval

t'as raison pablo je me suis fait la même réflexion, que la "jeune" ne l'était pas vraiment. faudra que j'en goûte une de 6 mois.

j'ai laissé une de 2016 en cave pour faire vieillir plus longtemps.

Partager