Sujet : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Voilà une question que je trouvais utile. (suite à une remarque de ma part ailleurs sur le forum).

Nouvel arrivant dans le monde d'un boisson largement internationnalisée, je remarque pourtant que de très nombreux petits ou grands brasseurs ouvrent et réouvrent des brasseries, brassent leurs propres bières et vivent grace à leur bière.
Ce sujet pourrait s'ouvrir à d'autres produit aussi.

D'un autre coté, les bières européennes ou internationnalles, bues et rebues, aimées d'une nombre incroyable d'hommes et femmes, permettent à de gros industriels de faire vivre des milliers de famille, et de s'en mettre plein les poches, j'suis d'accord. (Je suis pas si sur de ce "milliers"), soit ! J'insiste aussi sur "aimé".

Je comprends aussi que ces "nouvelles bières" fascinent des passionnés, avide et amoureux d'un patrimoine séculaire, et font revenir leur clientèle vers ce marché.

Pourtant, il serai difficile de faire changer dans nos têtes, de remplir son caddie avec des produits fait que par des artisans ou presque, là la CB volerai en cendre !
Meme si la loi de l'offre et de la demande, est bel et bien encore là, augmenter la clientèle d'un artisan reviendrai à l'obliger à indistrialiser sa bière de manière à pouvoir satisfaire toute sa clientèle, non ?

Industrialiser : http://fr.wikipedia.org/wiki/Industrialisation

J'aimerais bien connaitre pourtant votre avis, et d'ou vient votre amertume envers ces bières industrielles. Qui n'en possède pas dans son réfrigirateur pour la coupe soif rapide ? En quoi les bières des petites brasseries font l'unanimité dans votre cave ?

Moi, j'aime, si j'aime d'autres aiment forcément, alors pourquoi t'aimes pas ?

Partager

2

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Les Mac Do, c'est industriel et ça se vend en comme des petits pains. Pourtant c'est de la malbouffe. ça répond à ta question ?

Partager

3

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Le stéréotype typique, pourquoi associer bière et soif? quand j'ai soif je bois de l'eau, c'est industriel, pas cher et sa joue son rôle.

Les bières industrielles sont généralement pasteurisées, le gout n'évolue jamais, ont un gout assez standardisé, bref on s'emmerde à boire ce genre de truc.

Ce qui me choque c'est pourquoi se poser de telles questions? Suffit d'aimer la bonne bière non? Après on se rend vite compte qu'une heineken ou une kro et compagnie ne sont que de la merde.

Partager

4

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

L'industrialisation va de paire avec économie et recherche du profit. ça se passe par la mécanisation du processus, mais aussi par la recherche d'économie sur les matières premières. D'un on commence à remplacer l'orge malté par du blé, voire du maïs, céréales qui sont bien moins chères. Ensuite on remplace la levure par une levure chimique, la encore pour faire des économies. On diminue le houblonnage, on concentre le moult pour économiser l'eau au niveau du brassage, puis on rince la drèche avec plus d'eau pour retomber sur nos pattes.

Pour finir, afin d'essayer de se rapprocher du goût initial, vu les modifications profondes, il faut ajouter de la poudre de perlinpinpin (additifs).

Aujourd'hui, les industriels vendent une image et pas un goût. Tu prends une leffe d'aujourd'hui, dans l'imaginaire collectif, il s'agit d'une bonne bière. C'est de l'auto persuasion. A l'origine, elle a sans doute été une bonne bière. Aujourd'hui, c'est un produit chimique.

Partager

5

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Je crois que la vraie réponse se trouve dans la relation qu'on a avec la bière, boisson de soif ou boisson de plaisir?

Perso, je ne bois plus du tout de bières "industrielles" ou quasiment pas. Je préfère me faire plaisir en dégustation avec une bière choisie, le plus souvent aprés lecture du forum, et boire de l'eau ou autre quand j'ai soif.

Je crois que c'est le cas de beaucoup ici. Et je pense aussi qu'à force de goûter à de vrais bonnes bières travaillées, on a plus vraiment envie de boire le reste.

Dans tous les cas, tout le monde l'aborde comme il veut, mais je conseille à tous, de découvrir les bières conseillées ici, il y a vraiment des découvertes incroyable à faire.

Partager

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

D'autant qu'il existe des bières véritablement fantastiques à des prix très raisonnables quand on sait ou et comment faire ses " courses " .

Quand j'étais plus jeune , je buvais aussi des cochonneries genre leffe etc ... mais c'était pour me saouler avec les copains , pas pour la " qualité " du produit . Aujourd'hui je préfère boire moins mais mieux . Au final ça ne revient pas plus cher , ça fait vivre des gens qui sont de vrais passionnés et ça contribue à conserver un patrimoine très important à mes yeux  ...

Je ne dis pas non plus que toutes les bières dont on parle sur le forum sont accessibles en termes de prix et de disponibilité ; ni d'ailleurs qu'elles sont " bonnes " rien que parce qu'on en parle ; mais elles valent le détour si on aime vraiment la bière . Les bières de grandes distribution n'ont ( comme le fait remarquer Bmx ) aucun intérêt ... autant boire de l'eau .

Partager

7

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Je n'ai pas grand chose à ajouter à ce qu'achtungbaby et Bmxfou ont dit, je suis tout à fait d'accord avec eux.

Chris59 a écrit:

D'un autre coté, les bières européennes ou internationnalles, bues et rebues, aimées d'une nombre incroyable d'hommes et femmes

J'aimerais quand même rebondir là-dessus. Je pense que ta constatation est erronée.

Les bières bues et rebues, je ne pense pas comme toi qu'elles sont aimées d'un nombre incroyable de gens, elles sont juste consommées parce qu'il n'y a pas d'alternative meilleure pour le même prix, c'est tout. Et s'il n'y a pas d'alternative meilleure pour le même prix, c'est justement parce que ce sont des brasseries industrielles, avec lesquelles aucun brasseur artisanal n'a les moyens de lutter en terme de prix ou de marketing. Et c'est parce que ces brasseries industrielles sont imbattables niveau prix qu'elles se sont imposées au détriment du reste du monde brassicole dans les supermarchés.

Maintenant, l'impression collective que la leffe (ou autre "grande" bière industrielle plébiscitée par bon nombre de néophytes) est une bonne bière, c'est une image fausse fabriquée en grande partie par les gens du marketing de chez InBev (ahhh les beaux slogans "autant de saveurs de siècles" et l'imagerie qui va avec...), et par le manque de connaissance de la bière chez les personnes qui n'ont pas accès à des produits de qualité (et pas cher).

Partager

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Chris59 a écrit:

Je comprends aussi que ces "nouvelles bières" fascinent des passionnés, avide et amoureux d'un patrimoine séculaire, et font revenir leur clientèle vers ce marché.?

Les grandes brasseries industrielles sont plus anciennes que les brasseries artisanales, dont la plupart s'éteignent rapidement ou perdent leur identité en étant rachetées/absorbées.

Ce n'est pas un syndrome passéiste ("de l'âge d'or" : allez voir le dernier Woody Allen c'est une merveille !) qui nous pousse à aimer les bières artisanales, ce n'est pas parce qu'elles produisent quelque chose "comme dans le temps quand c'était mieux que maintenant, c'est au contraire parce parce qu'elles sont créatives et innovantes.

Chris59 a écrit:

Meme si la loi de l'offre et de la demande, est bel et bien encore là, augmenter la clientèle d'un artisan reviendrai à l'obliger à indistrialiser sa bière de manière à pouvoir satisfaire toute sa clientèle, non ??

C'est aussi une question d'éthique personnelle, de prise de plaisir, il n'y a pas que l'argent qui pèse dans la balance, quand le brasseur reste seul acteur de son destin.

Il y a bien des contraintes de marché qu'il faut respecter faute de devoir mettre la clé sous la porte. Aucun brasseur ne peut évidemment se permettre de produire une bière qu'il ne vendra pas.

Plus on augmente la production, plus on augmente le panel de consmmateurs visés. Quand bien même on ne sacrifierait pas à la qualité de production sur l'autel de la rentabilité, on doit bien séduire un nombre important de consommateurs pour les amener à effectuer un acte d'achat, et si possible le renouveler. Plus le panel est large, moins on peut se permettre d'être inventif.

Sur un panel plus large, c'est le consommateur moyen qui sera statistiquement moins attentif aux qualités intrinsèques du produit, plus attaché à l'image qu'il véhicule.

Et là on se retrouve plus dans les techniques de marketing que dans les techniques de brassage : un brasseur amateur n'a aucune chance de rivaliser sur ce terrain avec les brasseries industrielles : les gens achètent ce qu'ils reconnaissent.

Et là on a l'effet pervers : à partir du moment où les industriels ont la main sur "l'image commune" de la bière, ils préfèrent que ce soit un produit :
- de soif, on peut en boire beaucoup donc en acheter beaucoup
- pas cher, on peut donc en acheter beaucoup
- peu différencié, donc consensuel, on peut être nombreux à en acheter beaucoup.

Les petits brasseurs vendent aussi une image, on leur achète "de confiance" des produits que l'on ne connait pas. Si leurs produits ne répondent plus à l'image du brasseur, leur clientèle plus exigeante que la moyenne ira voir ailleurs. On a vu des micro brasseurs avoir des problèmes répétés de qualité, ou partir dans tous les sens pour finalement sortir quelques bières sans intérêt : le résultat est que chez ceux-là on n'achète plus les yeux fermés.

Chris59 a écrit:

J'aimerais bien connaitre pourtant votre avis, et d'ou vient votre amertume envers ces bières industrielles. Qui n'en possède pas dans son réfrigirateur pour la coupe soif rapide ? En quoi les bières des petites brasseries font l'unanimité dans votre cave ?

"amertume" n'est pas le premier mot qui me vient à l'esprit pour parler des bières industrielles !  default/Joker_PDT_53

La population du forum n'est pas représentative de la population puisqu'elle se concentre ici sur un intérêt particulier pour la bière, avec une plus grande attention aux qualités du du produit.

Le monde est tel qu'il est et il y aura toujours dans tous les domaines des industriels et des artisans, il y a la place pour tout le monde.

Il y a tant à découvrir que les bières industrielles n'ont généralement pas la place dans une consommation modérée d'amateur de bière.

L'équilibre du "chasseur de bières" passe par la pesée entre
- d'une part l'avidité à découvrir et/ou à savourer des bières élargissant son horizon gustatif, lui procurant ou lui renouvelant de merveilleuses expériences de dégustation.
- d'autre part la nécessaire modération médicalement imposée pour la consommation d'un produit alcoolisé.

Dans ces conditions, ça ne rime à rien de consommer de l'alcool sans plaisir, parce que les bières industrielles ne nous font rien découvrir et ne procurent pas de plaisir. C'est à relativiser parce qu'on ne peut pas consommer/déguster que des bières extrèmes, et il arrive à plus d'un, même s'il est de la "Vieille Ecole", de se boire une jupiler pour se refaire le palais.

Ce n'est pas de la haine envers les bières industrielles, simplement un manque d'intérêt. Je n'ai pas de bières industrielles dans mon frigo. J'ai de temps en temps un fut de Jupiler en perfect draft quand je recois un peu de monde (dans ce cas : logique de panel : je ne peut pas sortir mes merveilles qui ne plairont pas, et quand bien même je pourrais présenter une bière goûteuse et légère comme la Lepers 6, ce qui va plaire ici c'est le tirage au fût).

Quand j'ai soif je bois de l'eau. Quand je veux déguster, c'est forcément quelque chose de plus intéressant qu'une bière industrielle.

Il reste un cas de figure : on est au restau et il n'y a que des bières industrielles, que fait-on ? Une fois sur deux je n'en prend pas. L'autre fois sur deux, c'est justemment l'occasion de se refaire le palais, de retrouver des repères, pour éviter de commencer à trouver lassantes des dégustations de petites merveilles (je ne donne volontairement pas d'exemples, mais il m'est arrivé de commencer à devenir blasé sur des trucs inaccessibles au commun des mortels, et c'est bien dommage)

Dernieère précision ; il est difficile de savoir où placer le curseur de l'industriel, est-ce que c'est purement en fonction du mode de production ou est ce que la bascule se fait au niveau de la prise de primauté du marketing sur le produit ? Un exemple intéressant est celui de Duvel :

- le processus et les quantités produites sont clairement industriels
- la Duvel et les Chouffe sont pourtant de bonnes bières, traduisant un attachement du brasseur à la qualité du produit
- et pourtant nombreux sont ceux qui déplorent une perte de personnalité de la Duvel et de la Chouffe Houblon
- et pourtant, en produisant plus largement la Chouffe houblon et en titillant le marché avec le Duvel Triple Hop, le brasseur a fait preuve d'innovation

il fait beau

Partager

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Double post car le précédent est déjà très long, et celui-ci fait suite à la lecture ce ce message de Chris dans une autre discussion

Chris59 a écrit:

Car bien que de grosses quantité d'un produit quelconque, ne peuvent pas être vendu (inter)nationalement, sans le recours à l'industrialisation. La qualité de ce même produit fabriqué à grande échelle devient bien sur variable, j'en sais quelque chose car je travaille dans une usine de fabrication...Allez j'arrete là...le HS est terminé.  default/Manger (10)  à la votre !

La qualité du produit (comprendre ici ses caractéristiques propres, sans connotation laudative ni péjorative) est bien plus constante dans un processus industriel que dans un processus artisanal, beaucoup plus exposé aux variations.

Je me rappelle avoir halluciné le jour où un industriel me jurait la main sur le coeur que les chocolats industriels sont forcément meilleurs que les chocolats artisanaux, parce que tout le processus est contrôlé, de A à Z ...

J'ai effectivement l'image de mauvais chocolats artisanaux, comme d'ailleurs de mauvaises bières artisanales, mais le summum ne peut pas être industriel.

Pourquoi est-il nécessaire de vendre internationalement ? Dans un logique industrielle oui mais alors l'effet est dans la cause !
En ce jour d'hommage à Emile Vivier, rappelons nous qu'il est tout à fait concevable de produire et de consommer localement.

Je comprends bien, Chris, que tu ne fais que décrire des situations, ne vois pas dans nos réaction quoi que ce soit de personnel.

il fait beau

Partager

10

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Il n'y a pas de haine envers les produits industriels, c'est juste un désintérêt.

Partager

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Je suis d'accord avec l'analyse globale faite par mes modo artisanaux préférés.
Il y a les brasseurs de bière et les brasseurs d'argent.
Quelques petites questions en vrac cependant :
- Une bière non filtrée donc au goût peu ou prou évolutif n'en reste-t-elle pas moins la même bière ?
- Qu'est-ce qu'un "produit chimique" dans une bière ?
- Quels "additifs" dans la Leffe ?
Les brasseurs (petits ou gros...mais surtout les belges grace à une législation plus souple) utilisent (ou ont utilisé) des "compléments" comme l'acide ascorbique (anti oxydant), la papaïne (clarifiant), le sulfate de zinc (tenue de mousse), l'alcool, le jus de pamplemousse, des édulcorants, le CO2...

Je ne bois que très rarement des bières industrielles sauf pour me rappeler leur goût (confère l'explication de Guernoulle).
Et elles sont moins chères ?
Ah bon...

Moi aussi, quand j'ai soif, je bois de l'eau.
J'ai laissé tomber Jupiler et compagnie depuis belle lurette !

Pas de style, pas de famille : des méthodes.

Partager

12

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

D'autant plus qu'ils n'osent plus indiquer les ingrédients sur l'étiquette chez Leffe...  default/Joker_PDT_47

Partager

13

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

waouh, j'ai tout lu, dont le post de Gernoulle...impressionnant. J'y trouve dans vos posts effectivement des réponses à mes questions. MERCI !

D'un autre côté, je m'attendais à certaines réactions dont les premières qui sont un peu vives je trouve. Mais bon, la question sur ce forum de passionés, je le répète, est légitime car pour le débutant (j'aime pas ce mot), il est important de suivre le bon chemin, et de déguster, d'apprecier plutot que d'engloutir pour se faire péter la ruche.

Bizarre en effet que de prendre en pleine face, que des marques comme LEFFE utilisent des produits chimiques (Levure).
Je me doute bien que vu la grande échelle de production de cette bière par exemple, le recours à certaine économie, mal choisie pour des connaisseurs, devient obligatoire.

En règle générale autour de moi, on aime la LEFFE, la CHIMAY bleue, la GRIMBERGEN,...bref ce qu'on trouve dans tous les magasins. Je me vois mal les persuader d'arréter de les boire, mais plutôt de les faire essayer autre chose, en commençant avec des bières abordable, ce que je fais, car vous le conseillez sur ce forum (Duvel, Westmalle, Karmeliet,...env 1.9€/bouteille), et c'est légitime, je crois.

Enfin, je reviens sur le mot soif. de mon coté, je bois 90% d'eau, 1% de whisky, et 9% de bière. A la cuillère quoi ! default/big_smile
J'ai tjrs bu de la bière en plaisir avec un pote, au bar ou à la maison. Aujourd'hui, je commence les bières que je lis sur ce forum. J'essaie de me faire le palet. Et je commence à trouver des différences auxquelles j'avais jamais fais gaffe auparavant. Encore merci à vous.   default/Joker_PDT_53
Par contre, il m'arrive c'est vrai, de boire une bière (ou deux default/tongue ) quand j'ai soif, après du bon boulot à la maison, par exemple.

Moi, j'aime, si j'aime d'autres aiment forcément, alors pourquoi t'aimes pas ?

Partager

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Peste Sournoise a écrit:

- Quels "additifs" dans la Leffe ?

Du colorant alimentaire  default/Joker_PDT_12

[img]http://forum.touteslesbieres.fr/userimages/2-2engl.gif[/img]

Partager

15

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

tiens je viens de lire que la leffe est fabriquée avec du maïs...
http://www.abbaye-de-leffe.be/5-bieres

Moi, j'aime, si j'aime d'autres aiment forcément, alors pourquoi t'aimes pas ?

Partager

16

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Faut pas mélanger Chimay avec leffe. La chimay reste une très bonne bière trappiste. Par ailleurs, y'a pas grand monde qui va recommander la Triple Karmeliet sur le forum...

Partager

17

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

La Duvel et la (les) Westmalle(s) à 1,9 euros dans le Nord ???

On a beau dire, on a beau faire, y aura toujours de la pomme de terre.

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Chris59 :
tiens je viens de lire que la leffe est fabriquée avec du maïs...

Gouden Carolus Hopsinjoor et Rochefort en contiennent aussi par exemple...

Achtungbaby :
Faut pas mélanger Chimay avec leffe. La chimay reste une très bonne bière trappiste

Chimay fait marche arrière en ce moment : ils s'apperçoivent qu'ils ne peuvent plus fonctionner en terme de qualité à ce niveau de production.


Tu as raison Dark, j'oubliais le colorant (caramel) dans ma longue liste des "additifs" !
J'ai déjà posé la question du pourquoi un colorant dans certaines de leurs bières aux Brasseurs de Gayant : "afin d'avoir un produit constant et uniforme".
C'est ça aussi une bière "industrielle".

Pas de style, pas de famille : des méthodes.

Partager

19

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

encore une fois il ne faut pas confondre bières industrielles et bières vendues en GMS  default/Joker_PDT_46

Partager

20

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

T'as pas le sentiment d'être juste hors sujet ?

Partager

21

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Patate a écrit:

La Duvel et la (les) Westmalle(s) à 1,9 euros dans le Nord ???

oui, oui, c'est parce que je n'ai plus les tickets de caisse, sinon, je vous aurai montré ça.

Moi, j'aime, si j'aime d'autres aiment forcément, alors pourquoi t'aimes pas ?

Partager

22 (modifié par Paddle 23-06-2011 10:42:28)

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Je pense que le vocable industriel n'est peut etre pas le mieu adapte pour parler de la biere.
Il y a une notion de qualite homogene ,et je pense qu'un bon brasseur artisanal a aussi cet imperatif .
Comment peut on prendre un produit les yeux fermes si celui ci est different a chaque brassin ?
C'est peut etre plus le cote Markeeting qui peut etre le plus genant ,induire le client en erreur .....
Moi ce je trouve le plus lamentable c'est d'induire le client en erreur ,faire passer un produit industriel pour un produit local (faire pense a un produit artisanale).

Partager

23 (modifié par TLB 12-07-2012 00:51:59)

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Dire que tout est à jeter dans l'industriel, je vais peut être me faire rosser default/Joker_PDT_31 mais je ne vous rejoint pas totalement (et une jolie exhumation de topic en plus ^^). Alors certes les meilleurs bières disponibles sont plus ou moins artisanales et ne viennent pas de la très grande industrie et certes cette même industrie ce sert de sa puissance financière pour faire du marketing à tout va et écraser la concurrence. Toutefois, en tout cas pour moi, c'est un peu comme la nourriture, autant j'aime me faire dans temps en temps un très bon resto, avec de la super bouffe quitte à faire chauffer la CB, autant un mcdo de temps à autre j'aime bien aussi. Bien sur il y a des trucs vraiment imbuvable style kro et compagnie mais il y en a quelques unes de très correct : leffe triple et radieuse (bon le reste est pas terrible il faut avouer) , calsberg, grimbergen, pelforth brune etc moi ce sont des bières que j'apprécie et que je consomme régulièrement ******modération Lire les règles du forum SVP*****. Elles ne font pas exploser les papilles certes, c'est loin d'être du 100% naturel et en terme de qualité on est en dessous des meilleures artisanales, mais elles remplissent leur rôle, rafraîchissantes, simples, facile à trouver et, oui c'est aussi une qualité, abordable. Je ne fait pas dans l'élitisme et reste ouvert à tout j'adore boire une bonne Rochefort 10 pour son goût et sa saveur mais j'aime bien aussi une calsberg bien fraiche seulement je sais ce que je veux lorsque j'en achète une ou l'autre.

Je peux comprendre en revanche que l'on critique le marketing -arme ultime !- dont ce servent ces énormes compagnies et qui peut noyer le néophyte qui pense que si la leffe est autant apprécier c'est forcément la meilleure comme ils le prétendent. Toutefois j'ai envie de dire que quelqu'un qui veut vraiment découvrir la bière il fera logiquement comme nous : il se renseignera, s'informera et testera...

Partager

Re : Industrialisation de la bière et l'artisanat.

Les industriels savent que le doute est le frein à l'achat.
Leur but : conditionner notre mémoire par la publicité.
Ils ont inventé "l'achat réflexe" et la "sophistication du produit par l'emballage et l'image".

Ce forum peut être une formidable source d'information...à condition que le produit soit rendu disponible dans les surfaces commerciales.

Pas de style, pas de famille : des méthodes.

Partager